La Recrudescence Des Arnaques Au Prêt

La Recrudescence Des Arnaques Au Prêt

Depuis l'apparition des plate-formes de financement participatif en France, un ingénieux type d'arnaque s'est diffusé largement sur le net par le biais des espaces communautaires et dans les mails : de prétendus prêts en ligne envoyés en un temps record, sans aucun apport, avec 0 garanties et par des personnes qui disent être des investisseurs particuliers. Il s'agit bien sûr d'une tromperie, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites donne une idée de l'importance de la situation. Ainsi, un nombre important d'internautes sont tombés dans le piège à cause cette arnaque.

Un scénario bien rodé

Laisser croire à une promesse de prêt rapide

L’escroquerie au crédit prend toujours l'aspect d'un scénario avec plus ou moins de cohérence. Du point de vue de l'escroc, cette étape est primordiale parce qu'il sent que la réussite de sa tromperie est en grande partie due à la crédibilité de son histoire. Quand il veut attirer la plus grosse quantité de victimes possibles, il écrit et met en ligne une annonce sur des sites à large fréquentation comme les forums ou les réseaux sociaux. Certaines pages populaires ne contrôlent pas assez les espaces de commentaires accessibles par tous les visiteurs, ce qui devient alors un lieu préféré des escrocs.

D'abord, l'escroc s'affiche comme une personne qui dispose d'un magot qu'elle souhaite faire fructifier en accordant des crédits avec un taux d'intérêt très concurrentiel. Quelques fois, il prend l'identité d'un retraité rentier désirant sortir du système financier classique dans le but de montrer l'image d'un homme philanthropique visant à tirer tout le monde vers le haut. Ce mensonge suit une logique bien précise : profiter de la détresse financière des personnes faibles en expliquant qu'un emprunt est envisageable, même avec peu de ressources. Il prétend pouvoir leur accorder un financement, même s'ils sont déjà endettés. Une fois la demande validée, notre escroc promet d'envoyer l'argent très rapidement avec des durées de remboursement pouvant s'étaler jusqu'à plusieurs années.
Bien qu'il puisse sembler évident pour la plupart des lecteurs que des propositions de ce type sont improbables, il est à noter toutefois que des personnes faisant face à des difficultés financières peuvent se Faire barrage aux escrocs du crédit en ligne avoir du fait de cette promesse d'argent rapide qui les attire.

Donner des signes de sérieux et de confiance

Sur internet, tout le monde est capable d'usurper une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est ainsi qu'opèrent les escrocs au faux crédit qui créent de toute pièce un personnage fictif qui collera au mieux avec leur histoire. En premier lieu, ils donnent un nom et prénom français à ce faux profil. On évite donc les prénoms étrangers qui pourraient faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la victime ait l'impression que le prêteur se trouve tout près. Dans un scénario bien pensé, notre escroc peut prendre l'identité d'une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Certains iront jusqu'à demander des fiches de salaire à sa victime, d'autres lui demandent de répondre à une série de questions sur son travail. Pour hausser un peu plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à concevoir un grand nombre de faux profils qu'il contrôlera pour poster de faux avis qui serviront à vanter le sérieux de la proposition.

Approuver chacune des sollicitations

Quand la cible est persuadée du sérieux de la démarche, notre faux prêteur peut enfin passer à l'action. Il confirme qu'il valide son dossier de d'emprunt, mais requiert en retour le paiement de frais divers par mandat avant de boucler la procédure. Ces frais peuvent représenter quelques centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par l'investisseur à analyser son dossier. Les frais de dossier sont, d'après lui, strictement nécessaires pour libérer le capital. Si la victime paye, l'escroc lui ordonnera ensuite de verser une cotisation d'assurance emprunteur obligatoire. Évidemment, le demandeur ne recevra pas son crédit et notre escroc récupérera les mandats avant de disparaître de la circulation.


Comment lutter contre de telles arnaques ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour proposer un prêt et le crédit aux particuliers reste une activité réglementée. Si une personne ou une organisation fait la promotion de services financiers via le net, le site doit impérativement afficher ses mentions légales ainsi que ses conditions générales. Pour être reconnu en tant que d'établissement de crédit, un organisme doit être en possession d'un agrément de l'ACPR et d'une inscription à l'ORIAS. Chaque site de crédit entre particuliers doit obligatoirement posséder ces autorisations, auquel cas il s'agit clairement d'une escroquerie.

Ensuite, il faut garder à l'esprit que les délais d'obtention d'un emprunt ne sont pas aussi rapides et qu'il faut (à peu près) 15 jours avant l'obtention des fonds sur son compte bancaire. Même si un particulier avait un capital à placer de cette façon, il analyserait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
Enfin, un prêteur n’octroierait pas un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur inscrit au FICP de la Banque de France pour impayés.